Portrait d'Alix Deltour, Technical Director chez Hue Dada ! Productions

Le Technical Director, un métier hybride entre expertise technique et création artistique en cinéma d'animation ?

Dans son interview, Alix Deltour, notre Technical Director, nous explique en quoi consiste son métier et nous parle de problématiques utilisateurs, d'automatisation des tâches et de l'envers du décor des interfaces logicielles des artistes !

 

Est-ce que tu peux me parler de ton parcours professionnel ?

"J’ai commencé mon apprentissage de la 3D en stage de 3ème (après avoir passé 4 jours enfermés dans un bureau avec 2 graphistes 3D… une semaine surréaliste, qui a fini de me passionner pour les images numériques). A la suite de quoi, j’ai éprouvé l’animation 3D chez moi jusqu’à la fin de mon lycée.

J’ai fait mes études supérieures à l’ESMA Toulouse où j’ai suivi un cursus généraliste, avant d’être recruté pour remplacer un copain de promotion chez Mac Guff Ligne à Paris. J’y suis resté presque 4 ans, en tant que Pipeline Technical Director (TD) et Riggeur principalement, tout en faisant d’autres choses par-ci par-là - comme, entre autres, une publicité en Lighting/Compositing, un projet de documentaire en Textures/Lighting, un court métrage en dirigeant des stagiaires, de la végétation sur plusieurs projets, et un peu de fur. J’ai notamment travaillé sur les publicités McDonalds (celles avec les boiboites rouges), sur le documentaire Londres Amsterdam New-York, le film live Gaston et le film d’animation Samsam. A la suite de Mac Guff, je suis allé chez Studio 100 Animation, où j’ai travaillé sur le film Vic le Viking en tant que Pipeline TD, un projet sur lequel j’ai été amené à faire des outils pour le Rig, de la dynamique de cheveux, et du Final Layout. Ensuite, j’ai pris un peu de vacances (une pause de quelques mois…), pour finalement venir travailler chez Hue Dada ! Productions en tant que Pipeline TD, Maya TD et Dev."

 

Quel est ton rôle chez Hue Dada ?

"J’ai une fonction principale de Technical Director où je m’occupe des outils de Pipeline (c’est-à-dire de l’automatisation de la chaine de production), actuels comme futurs, et m’assure de leur bon fonctionnement ainsi que du bon déroulé des productions en cours (de l’utilisation des outils dans celles-ci, mais aussi du bien être technique des graphistes impliqués).

Et j’ai également une fonction secondaire, qui est de développer (en collaboration directe avec Jonathan Giroux, responsable de l’ingénierie logicielle chez Hue Dada !) de nouveaux outils, via des technologies qui diffèrent parfois des méthodes plus « traditionnelles » du cinéma d’animation, pour accroître la productivité sur les productions en cours et à venir.

Je peux également être amené à me mettre à la place du graphiste, ou du technicien informatique, quittant alors ma casquette de codeur/programmeur pour enfiler les gants de chantier et plonger les mains directement dans la mélasse. Mon travail nécessite à la fois d’avoir le nez dans le guidon, pour pouvoir comprendre les problématiques des utilisateurs, et pouvoir faire parfois moi-même le travail qu’on leur demande, mais aussi d’avoir le recul nécessaire pour anticiper et gérer les problématiques techniques, et pouvoir automatiser les tâches les plus fastidieuses. C’est un travail passionnant !

Chez Hue Dada !, comme dans mes boîtes précédentes d’ailleurs, je me plais à résumer mon rôle à l’expression « Couteau Suisse ».
Cela inclut aussi parfois quelques blagues (souvent nulles) pour détendre l’atmosphère… Pour moi, un travailleur efficace est un travailleur heureux, et si je peux contribuer à donner un peu de joie et/ou de bonne humeur dans la journée (malgré un humour pas toujours au sommet de sa forme), alors cela ne me rendra que plus heureux, donc plus efficace."

 

Qu’est-ce qui te plait dans ton travail ?

"Dans la partie TD, je suis souvent amené à m’occuper de pleins de choses, et parfois en même temps. Je dois changer de problématiques rapidement, m’adapter aux soucis et réagir en conséquence. Cela demande une flexibilité intellectuelle dont je suis friand, moi qui suis un peu hyperactif sur les bords… Mais par opposition, dans la partie Développement, je dois me poser, réfléchir à l’avance, prévoir, anticiper les problématiques avant de les rencontrer, et cela demande donc de pouvoir prendre du recul, ce qui est opposé, mais complémentaire, à ma personnalité. C’est excessivement formateur, autant dans la vie professionnelle que dans la vie privée, et c’est finalement le combo de ces deux aspects de mon travail, réactif et immédiat versus calme et réfléchi, qui me plait le plus.

Il y a d’autres choses qui me plaisent, comme le rapport humain (la communication, le partage, l’entre-aide, l’échange avec l’équipe et les graphistes…), les nouvelles problématiques (liées aux nouveaux outils, à l’évolution des technologies, et à l’automatisation), et la réunion des différents domaines d’expertises (scénario, création, artistique, architecture, programmation, technique) et des différentes expériences de chacun. Pour moi, la 3D, c’est ça, une rencontre de plein de domaines, et ce qui me plait, c’est la multiplicité des choses à faire. Il existe des centaines de compétences qui se recoupent lors d’une production liée à l’animation, et j’avoue que tous ces aspects-là me passionnent ; autant les histoires, l’image, le son, l’automatisation d’une chaine de production, le code, l’humain derrière, les problématiques de temps, d’argent, de relationnel… Je suis un passionné de numérique, et la 3D est un océan de concepts (autant artistiques que techniques) et de problématiques à résoudre par l’ingéniosité et la débrouille. Cela en fait un domaine très riche, qui se renouvelle sans cesse, et qui offre une foule de challenges intellectuels.

Tout cela ne serait pas si intéressant s’il n’y avait pas un rapport humain autour, et je dois avouer que, bien que la technique et l’artistique me plaisent, ce ne sera jamais au détriment de la bonne ambiance de travail et la possibilité de lâcher la pression en rigolant un bon coup entre collègues. Sans l’humain, le travail serait bien triste…"

 

En quoi ton travail chez HDP diffère de celui d’un autre studio d’animation ? 

"Principalement la multitude d’outils et de technologies impliquées dans le processus de production. Chez Hue Dada !, l’accent est mis sur l’innovation et les nouvelles technologies, et qui dit « nouvelles technologies » dit « nouvelles connaissances ». Je peux être amené à travailler avec de nouveaux outils, ou de nouvelles méthodes de production, il faut donc être d’autant plus flexible et curieux ! Et si l’on couple à cela le fait que les projets sont variés et très différents les uns des autres, avec à chacun son lot de contraintes techniques, il me faut encore plus souvent sortir de ma zone de confort… Mais heureusement, à chaque défi sa récompense : explorer de nouveaux horizons, c’est engranger des compétences supplémentaires, compétences qui permettent très souvent de s’améliorer, autant professionnellement que personnellement.

Une autre différence chez Hue Dada !, c’est l’échelle. Comme nous sommes une petite structure, nous pouvons revêtir plusieurs casquettes. Il y a donc, en plus de la variété de technologies, de productions et de problématiques, une variété de tâches, de domaines de compétences, et donc de nouveaux horizons à explorer !"

 

Changeons un peu de sujet. Peux-tu me dire quel est ton top 3 des films d’animation ?

"3- Coraline.
Ce n’est pas un film d’animation 3D, mais bon… la stop motion, ça compte, non ?
Parce que je trouve que c’est un excellent conte pour grands enfants.

2- Aladdin.
Parce que voler en tapis volant, c’est graaave cool !

1- Toy Story 3.
Parce que j’ai pleuré comme jamais… 2 fois… Big up à toi si, comme moi, tu ne peux plus regarder de scène de la fonderie sans avoir une larme à l’œil…"

 

Quelle est la citation préférée ?

"« Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » (W. Churchill).

C’est peut-être un peu bateau, mais ça exprime pour moi un optimisme et une persévérance qui fait plaisir à entendre."

 

Pour finir, as-tu un talent caché ?

"Bien évidemment ! Plusieurs même !!... Mais ils sont tellement bien cachés que je ne sais pas desquels il s’agit…"

 

Merci Alix pour cette interview !