Portrait de Célia Maublanc, Digital Marketing Manager chez Hue Dada ! Productions

Dans cette interview, Célia Maublanc, notre Digital Marketing Manager, nous raconte pourquoi elle s'est spécialisée dans le digital et quels défis (et opportunités) ce nouveau mode de diffusion implique dans la gestion au quotidien de propriétés jeunesse : "J’ai senti qu’on était à un tournant stratégique dans notre secteur et je voulais profiter de cette mutation pour réfléchir avec les producteurs de contenus à de nouveaux moyens de faire vivre leurs propriétés. Grâce aux nouveaux supports VOD, ce n’est plus seulement la manière de promouvoir les projets qui a changé, mais aussi la façon de les développer et de les diffuser."

 

Est-ce que tu peux me parler de ton parcours professionnel ?

"Après avoir obtenu une Licence en psychologie et le Master Marques et Produits jeunesse au Centre Européen des Produits de l’Enfant à Angoulême (une école spécialisée dans la formation de professionnels du marketing et de la communication souhaitant travailler dans le secteur jeunesse), j’ai réalisé mon premier stage au sein d’un cluster européen dédié à l’innovation pour le bien-être de l’enfant : Nova Child. J’ai ensuite effectué un stage de fin d’étude chez Moving Puppet, une société de production de programmes d’animation, dans laquelle j’avais été missionnée pour effectuer des études qualitatives sur la série Gorg & Lala. Lorsque que j’ai commencé mon stage, je dois avouer que je ne connaissais absolument pas le secteur de l’animation ! Je ne savais pas ce qu’était un pipeline de production, un rigging, je n’avais jamais entendu parler de logiciels comme After Effect ou Maya... Néanmoins, je n’étais pas arrivée là par hasard (je suis une grande fan de séries et de films d’animation, d’où mon hésitation à faire une école d’art !) et j’ai rapidement intégré les rouages du secteur. Mes 7 ans chez Moving Puppet ont été riches d'enseignement. Tout d’abord, parce que c’était une petite structure et que mes missions étaint très variées : je m’occupais de la communication de la société et des projets, j’étais en charge du pôle création et développement où je gérais le développement artistique, littéraire et le montage des dossiers de financement. J’ai même fait de la direction de production sur le pilote d’une série digitale live !

Par la suite, j’ai travaillé pour Studio 100 Animation en tant qu’Artwork Manager où je gérais la production et le suivi des éléments de communication de la société et de ses propriétés (Maya l'Abeille, Arthur et les Minimoys, Heidi, Vic le Viking). Je m’occupais aussi de la stratégie digitale France. En 2019, en parallèle de mon travail au studio, j’ai réalisé une formation à l'IESA Multimédia afin de monter en compétence dans le secteur du digital et des nouveaux médias. J'ai obtenu mon Mastère Expert en Stratégie Digitale en début d'année.

Après la fermeture du studio de fabrication de Studio 100 Animation fin 2019, j’ai été rappelée début 2020 par Jean-François Ramos et ses associés, tous ex-membres de Studio 100 Animation, pour rejoindre Hue Dada ! Productions, la nouvelle structure qu’ils venaient de monter. Je n’ai pas hésité. Pour moi, c’était l’occasion de poursuivre l’aventure initiée chez Studio 100 Animation, avec des collègues que j’apprécie et sur des missions plus orientées marketing digital."

 

Quel est ton rôle chez Hue Dada ?

"Je suis en charge du Marketing Digital d’Hue Dada ! Productions, c’est-à-dire que je gère la communication de la société, de la création des différents supports de présentation (plaquettes, vidéos…), aux relations presse, en passant par le community management, le webmastering et l’élaboration de campagnes de webmarketing. Je suis actuellement en train de travailler sur la mise en place d’une stratégie de communication digitale globale (SEO, social media, campagnes Google Ads display et vidéos, partenariats avec des influenceurs) qui permettra de donner de la visibilité et de faire connaître nos séries sur des plateformes en VOD de type Youtube, en France et à l’international.

En parallèle, je pilote la stratégie de communication digitale d’Andarta Pictures, une société de production de programmes d’animation 2D avec qui Hue Dada ! Productions collabore, et pour laquelle j’ai mis en place une stratégie social media et digitale et un site internet (qui vient d’être mis en ligne !).

Pour finir, je participe aussi au montage des dossiers de demandes d’aides (CNC, PROCIREP-ANGOA…)."

 

Pourquoi t’être spécialisée dans le marketing digital ? Est-ce que les nouveaux médias ont un impact sur la gestion de propriétés jeunesse ?

"Aujourd’hui, les nouvelles habitudes de consommation des programmes par les spectateurs changent la donne et offrent de nouvelles opportunités aux producteurs de contenus de créer, de produire, de diffuser et de promouvoir leurs propriétés. J’ai senti qu’on était à un tournant stratégique dans notre secteur et je voulais profiter de cette mutation pour réfléchir avec les producteurs de contenus à de nouveaux moyens de faire vivre leurs propriétés. Grâce aux nouveaux supports VOD, ce n’est plus seulement la manière de promouvoir les projets qui a changé, mais aussi la façon de les développer, de les produire et de les diffuser.

De les développer, car les réseaux sociaux nous donnent aujourd’hui la possibilité de faire participer notre communauté à la création d’un programme, en échangeant avec eux sur différentes étapes stratégiques. Par exemple, il peut s’agir d’une communauté de fans dans le cas d’un projet déjà connu.

De les produire, car il est assez courant en digital, de ne pas réaliser l’intégralité d’une saison (puis de la diffuser et de regarder les retombées comme c’est le cas plus traditionnellement en télévision), mais de produire une première salve d’épisodes que l’on va tester auprès des spectateurs. En fonction de leurs retours, nous pourrons adapter le reste de la série pour proposer un contenu au plus proche de leurs attentes.

De les diffuser, car c'est à nous d'établir une grille de programmation, adaptée à nos objectifs et à nos temps forts en communication. Grâce aux statistiques de visionnage obtenues sur les plateformes de vidéos en ligne (nous pouvons identifier, par exemple, les horaires où il y a eu un pic de visionnage et les créneaux où nos abonnés ont le plus visionnés nos vidéos), nous pouvons affiner ce planning en fonction des retours obtenus.

Et puis, ce qui change également, c’est le lien que nous tissons avec notre communauté. Dans le schéma classique, les producteurs n’étaient jamais en contact avec les consommateurs finaux, les spectateurs. Aujourd’hui, nous pouvons échanger directement avec les fans, créer une communauté et la fidéliser. Et ça, c’est un véritable atout quand on veut travailler sur le développement d’une propriété !"

 

Qu’est-ce qui te plait dans ton travail ?

"Par où commencer ?!

Déjà, j’aime beaucoup la polyvalence que m’offre ce poste ; le fait de travailler sur des projets et sur des dossiers très variés au sein d’une même journée.

Travailler pour une nouvelle structure impliquée dans le digital est aussi très motivant, car il y a beaucoup de choses à développer et à inventer ! Produire, promouvoir et diffuser des séries en ligne est encore relativement nouveau et nous avons peu de recul quant à des modèles de fonctionnement ou des « recettes » qui pourraient faire le succès d’un programme. L’une des manières de procéder est alors par itération successive. Par exemple, on va tester un format de diffusion et une campagne de promotion sur une certaine durée, puis on va analyser les chiffres d’audience et les retombées. L’avantage d’une plateforme comme Youtube est l’accès à beaucoup de statistiques sur les vues des vidéos. On peut ainsi mieux définir le profil des spectateurs, le contexte de visionnage, les passages les plus appréciés, les parcours d’utilisation, le nombre de clics... On adapte ensuite notre stratégie et on regarde les résultats pour voir si ça a fonctionné. Et ainsi de suite. C’est un processus qui implique de ne jamais se reposer sur ses acquis.

Chez Hue Dada !, les associés sont aussi très impliqués dans tous les projets de la société, y compris ceux éloignés de leur domaine de compétences. C’est très intéressant et valorisant de voir son travail ainsi reconnu. D’autant que l’implication de ces différents regards permet souvent de débloquer des situations ou de trouver des idées originales qui fonctionnent souvent mieux que ce qu’on avait imaginé à la base !

Et pour finir, je dirais que j’aime beaucoup mes collègues et l’ambiance au travail !"

 

En quoi les nouveaux outils de production mis en place par Hue Dada ! ont-ils un impact dans ton travail et sur la mise en place d’une stratégie de promotion digitale ?

"L’un des intérêts du pipeline de production mis en place par Hue Dada ! réside dans la rapidité de la production du contenu. Comme je le disais, l’une des particularités de travailler sur des propriétés digitales est l’itération. Grâce à la technique, nous pouvons être extrêmement réactifs aux retours de nos spectateurs et adapter si besoin et beaucoup plus rapidement les épisodes/vidéos à venir afin d’être constamment au plus près des attentes de nos cibles.

Mais la souplesse du pipeline permet aussi de gagner en efficacité au niveau de la communication. Nous pouvons ainsi produire du contenu spécifique beaucoup plus rapidement, et ceci en lien avec l’actualité ! C’est vraiment une nouvelle manière de travailler !"

 

Changeons un peu de sujet. Peux-tu me dire quel est ton top 3 des films d’animation ?

"Le choix n’est vraiment pas évident, mais je me lance quand même ! Je dirais en premier Princesse Mononoke. J’ai vu ce film pour la première fois quand j’avais 12 ans et il m’a vraiment marqué. En second, je dirais Anastasia et enfin Raiponce. En somme, un classement très girly, avec des femmes fortes et qui ont du caractère ! 😉"

 

Quelle est la citation préférée ?

"La grenouille au fond du puit ne sait rien de la haute mer. Comme cette grenouille, je pense qu’il ne faut pas se reposer sur ses acquis et toujours rester curieux. Notre vision du monde ne se limite pas à notre propre expérience et il ne faut pas rejeter d’emblée ce que l’on ne connait pas."

 

Pour finir, as-tu un talent caché ?

"Huuum. Pour tout vous dire, vous pouvez me donner (presque) n’importe quel mot et je peux le prononcer très rapidement dans les 2 sens. Par exemple, « maison » donne « nosiam » ou « carrosse » donne « essorac ». Je dis bien presque tous les mots, car ceux qui sont très longs me donnent plus de fil à retordre ! Je crois que j’ai commencé cette gymnastique mentale pendant que je prenais les transports. J’avoue que ça m’est très (in)utile dans mon quotidien (rire)."

 

Merci Célia pour cette interview !